Saltar a: Contenido � | Pie de la página � | Menú principal �


AT

Les Lumbu du Gabon-Congo. Un art sacré

les lumbu, un art sacré bungeelë yi bayisi Situés dans le sud-ouest du Gabon et de la République du Congo, les Lumbu font partie du groupe eshira ; influencés par les Punu, les Vili, les Kuni et les Yombé, ils partagent avec eux les mêmes mythes d´origine des monstres sacrés : Bunzi, son frère le chimpanzé et Mbumba, le python arc-en-ciel. Souvent associés aux Punu, pour leurs masques blancs, ils ont aussi sculpté des objets moins connus, notamment des statues, des reliquaires et des amulettes. Au début du XXe siècle, un petit nombre de ces oeuvres ont séduit les artistes occidentaux ; elles firent ensuite partie de grandes collections telles que celles de Paul Guillaume, Alfred Barnes, Charles Ratton, Josef Mueller, Helena Rubinstein et, plus récemment, celle d´Hubert Goldet... Le kaléidoscope des formes témoigne de la vitalité de l´art lumbu : les masques lumbu à la coiffure tressée en kodia et au visage blanchi au kaolin, les statues longilignes aux bras collés le long du corps, ou massives aux épaules rondes tenant des calebasses ou encore des objets miniaturisés mais bien proportionnés. L´oeuvre la plus distinctive est le reliquaire d´ancêtres caractérisé par l´emploi du bleu Guimet et son triangle rouge sur le front, avec sur le ventre un réceptacle rond parfois recouvert d´un miroir. Citons aussi les bustes à la position kongo et les amulettes, fleuron de l´art lumbu, d´un style « classique » et raffiné.

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios y mostrarle publicidad relacionada con sus preferencias mediante el análisis de sus hábitos de navegación. Si continúa navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración u obtener más información en nuestra "Política de cookies".

Saltar a: Contenido � | Pie de la página � | Menú principal �