Saltar a: Contenido � | Pie de la página � | Menú principal �


FF

colas duflo

Lumières, matérialisme et morale : autour de Diderot

Le matérialisme, à strictement parler, est la thèse selon laquelle il n´y a que la matière qui suffit pour tout expliquer, sans avoir recours à toute autre substance immatérielle, comme Dieu ou l´âme. Une telle position implique-t-elle des conceptions morales et politiques particulières ? Rien n´est moins sûr. Pourtant, dès les lendemains de la Révolution, les penseurs réactionnaires ont vu dans les Lumières et leur versant matérialiste la source d´un renversement moral et politique qu´ils réprouvaient. Au point que Barbey d´Aurevilly s´exclamera : "Diderot, lui, eût été ardemment révolutionnaire" - ce qui n´était certes pas un éloge ! Qu´en est-il en réalité de ce nouage entre les positions des Lumières, relatives à l´explication de la nature et de l´homme, et une philosophie morale et politique ? Les études ici réunies explorent différentes facettes de cette question, chez les penseurs matérialistes eux-mêmes comme dans le regard que la postérité a jeté sur eux. Ces études sont suivies par un essai inédit de Jean-Claude Bourdin : "Diderot, la morale et les limites de la philosophie ".

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios y mostrarle publicidad relacionada con sus preferencias mediante el análisis de sus hábitos de navegación. Si continúa navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración u obtener más información en nuestra "Política de cookies".

Saltar a: Contenido � | Pie de la página � | Menú principal �